Histoire de la clandestinité

Que ce soit pour préserver des pratiques religieuses interdites ou pour former une opposition politique, le passage à la clandestinité apparaît comme la conséquence d’une résistance à l’autorité, et donc un choix individuel et collectif radical. Par clandestinité, nous entendons le fait d’entrer dans l’illégalité et de s’y maintenir – en cela, elle implique une durée qui la distingue du simple acte illégal – que cette entrée se fasse volontairement ou sous la contrainte.

Qu’est-ce qui rapproche ou sépare les pratiques de clandestinité dans l’Antiquité et les formes contemporaines de lutte clandestine ? Comment les contemporains parlent-ils des pratiques clandestines, des résistants qui choisissent l’illégalité de manière durable ? Comment la clandestinité donne-t-elle lieu à des formes originales de luttes et d’organisation ? Quels sont les discours de revendication qui justifient le passage hors de la légalité ? Enfin, comment une société peut-elle se recomposer après une division politique et idéologique totale comme l’est l’expérience de la lutte armée clandestine ?

Le carnet Histoire de la clandestinité vise à chercher des réponses à ces questionnements, prenant appui sur une communauté de doctorants et de chercheurs en Histoire, mais également en sociologie, science politique, …


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *