La Part de l’ombre, 18-19 mai 2017, Paris 1 Sorbonne (amphi 1). Programme

La part de l’ombre
Action clandestine et imaginaire du complot, XXe-XXIe siècles.
Programme

Paris 1 – Sorbonne, Amphi 1

 

18 mai 2017

9h30 : accueil
10h00 : Introduction

10h30-12h30 : La clandestinité par degrés.

Président : Olivier Grojean (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Laurence Prempain (Université Lyon II) : « Résistance polonaise en France pendant la Seconde Guerre mondiale : de la transparence de l’ombre à la noirceur de l’oubli ».
Pauline Corre (Université Paris-Sorbonne) : « Les Cellules Révolutionnaires en RFA ou le pari de la semi-clandestinité, années 1970 ».
Roxane Peirazeau (EHESS) : « Pratiques clandestines des cataphiles dans les souterrains de Paris ».

Pause déjeuner

14h00-16h : Trajectoires individuelles et identités clandestines.

Président : Laurent Douzou (Sciences Po Lyon).

Zoé Grumberg (Sciences Po Paris) : « Un  »syndrome de clandestinité » dans les organisations juives communistes parisiennes (années 1930-années 1960) ? ».
Tiphaine Catalan (Université Paris 8) : « L’entrée en Résistance des réfugié-es espagnol-es en Limousin : causes, motivations, modalités ».
Charlotte Gobin (Université Lyon II) : « Entre soutien clandestin au FLN et militantisme public contre la guerre : interaction des causes et des structures de l’opposition française à la guerre d’Algérie ».

Pause

16h30-18h30 : Clandestinité, complotisme, soupçon.

Président : Jean-Louis Briquet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Aurélien Dubuisson (Université de Lille 3) : « Ce sont les soviets qui tirent les ficelles : la littérature complotiste et la lutte armée, l’exemple des Cellules Communistes Combattantes, années 1980 ».
Romain Legendre (Université Paris 8) : « Tommaso Buscetta devant la commission parlementaire anti-mafia. Le  »règne des discours incomplets », 1992 ».
Pierre France (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Méfiance avec le soupçon. L’invention d’un “problème complotiste” en France dans les années 2000 ».

19 mai 2017

9h-11h : Engagement politique, radicalité, clandestinité.

Présidente : Anastassia Tsoukala (Université Paris 11).

Irène Gimenez (IEP de Lyon) : « Los presos siempre ingenian cosas (Esperanza). Conditions de possibilité et modalités concrètes de l’action clandestine dans les prisons franquistes ».
Virgile Cirefice (Université Paris 8 – Université de Bologne) : « La clandestinité comme stigmate : la gauche italienne et le soupçon dans les années 1940 ».
Bilel Ainine (Université de Versailles Saint-Quentin) : « Algérie : logiques de clandestinité et militantisme politico-religieux. Retour sur un processus de radicalisation violente ».
Pause

11h30-13h : Exploiter et transgresser les frontières.

Présidente : Marie-Anne Matard-Bonucci (Université Paris 8).

Pierre Salmon (Université de Caen) : « Des armes pour l’Espagne : un complot d’État ? Constructions et dévoilement d’une pratique clandestine (1936-1939) ».
Pauline Picco (Université Paris-Sorbonne) : « Complot et clandestinité. Les réseaux de l’OAS en Europe du sud, années 1969 ».

Pause déjeuner

14h30-16h10 : L’organisation de réseaux clandestins.

Président : Frédéric Monier (Université d’Avignon).

Élise Rezsöhazy (Université catholique de Louvain) : « Les agents du contre-espionnage allemand en territoires occupés du front ouest durant la Première Guerre mondiale ».
Marten Düring (Université du Luxembourg) : « Far from being rescued. The active rôle of Jewish fugitives as helpers in six illegal support networks for persecuted Jews in Berlin ».
Benjamin Loveluck (Université Paris-Saclay) : « L’action clandestine numérique. Organisation, représentations collectives et répertoires d’action à travers l’exemple des Anonymous »

16h30-17h00 : Discussion finale


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Emmanuel Debruyne dit :

    Est-il nécessaire de s’inscrire quelque part pour pouvoir y assister?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *