12 octobre 2015 : Journée d’études doctorales de l’EA 1571 (Paris 8)

Logiques de clandestinité(s).

Présidente Claudia Moatti, professeure d’histoire romaine (EA 1571, Université Paris 8)

Se cacher pour résister, c’est-à-dire entrer dans l’illégalité et s’y maintenir, telle est la définition minimale de la clandestinité politique. À travers les époques, cette définition s’applique à un grand nombre de situations, aux motivations, modalités, et pratiques diverses. Renvoient-elles à des formes de résistance qui peuvent être rapprochées, malgré l’éloignement chronologique ? Différentes logiques apparaissent, selon des motivations fiscales, religieuses, politiques au sens restreint, ou de résistance à l’étranger. In fine, la question serait donc : y a-t-il une ou plusieurs clandestinités ?

  • Révolte antifiscale et clandestinité en Judée romaine. Michaël Girardin (Université de Lorraine).
  • La clandestinité ambiguë des protestants à la sortie de la Guerre des Cévennes (années 1710 – années 1750). Xavier Gilly (Université Fr Rabelais, Tours).
  • Entrer et vivre dans la clandestinité : l’exemple des agents des réseaux de résistance en France durant la Seconde guerre mondiale. Guillaume Pollack (Paris 1).
  • Sortir de l’ombre : pour une approche processuelle et contextuelle des trajectoires de clandestinité. Le cas de l’extrême-gauche turque face aux coups d’État militaires (1971 – 1983). Paul Cormier (IEP de Bordeaux et Université de Lausanne).

Organiser l’illégalité : la clandestinité comme stratégie de résistance ou d’opposition.

Président Martin Gravel, maître de conférence en histoire médiévale (EA 1571, Université Paris 8)

La clandestinité est un choix de lutte politique qui induit et façonne une structuration et des répertoires d’action bien définis, notamment l’organisation d’un réseau de sympathisants ou la réalisation d’actes symboliques dans l’espace public. La répression par l’autorité, conséquence attendue de ce choix, n’est évidemment pas non plus sans conséquences. Pour autant, se trouve-t-on toujours en situation de clandestinité ou peut-on décrire des gradations, par exemple entre l’« être » et le « faire » ?

  • La place de la clandestinité dans les stratégies d’opposition à travers le cas des libéraux pendant la Restauration. Vivien Faraut (Université de Nice).
  • Propagandistes par le fait et clandestinité en République au début des années 1890. Vivien Bouhey (Université de Paris 1).
  • Le militantisme révolutionnaire à l’épreuve de la clandestinité prolongée dans les années 1968 : le cas unique du PCMLF. Hugo Melchior (Université de Rennes 2).

Penser et raconter la clandestinité.

Présidente Marie-Anne Matard-Bonucci, professeure d’histoire contemporaine (EA 1571, Université Paris 8).

Le passage en clandestinité implique la production de discours de justification ou d’autojustification. Il s’agit notamment de revendiquer la légitimité de la mise en œuvre d’actions illégales. Quelles sont les différents arguments employés pour accompagner la lutte contre l’étranger, contre un système autoritaire, contre un régime démocratique ? Il ne faut pas non plus oublier que le clandestin, du fait même de sa situation, fait face au silence, à l’indifférence, voire au mépris de ses contemporains. Ce qui amène également à réfléchir sur les rapports des militants clandestins avec le monde « officiel », légal, voire avec « l’espace public », avec les « zones grises » des sympathisants qui ne sont pas à proprement parler dans la clandestinité.

  • « Non mollare » : l’incitation à la désobéissance, une « persuasion clandestine » ? Thibault Guichard (EA 1571).
  • Diaristes et journaux intimes de clandestinité, témoins inconscients ou acteurs réfléchis ? L’exemple de Léo Hamon (1944). Charles Riondet (EA 1571).
  • La voix de l’ombre, militer clandestinement et diffuser un discours : étude des moyens et des mots employés pour relayer les idées et justifier les postures des groupes de guérilla en Europe occidentale (1979 – 1988). Aurélien Dubuisson (Université de Lille 3).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *