Révolte antifiscale et clandestinité en Judée romaine, Michaël Girardin (Université de Lorraine, Metz)

 

[…] La première raison de la servitude volontaire, c’est l’habitude, écrivait Étienne de la Boétie. […] Mais en vérité les années ne donnent jamais le droit de mal faire. Elles accroissent l’injure. Il s’en trouve toujours certains, mieux nés que les autres, qui sentent le poids du joug et ne peuvent se retenir de le secouer, qui ne s’apprivoisent jamais à la sujétion1.

En Judée, c’est le cas de Judas le Galiléen qui, en l’an 6, à l’occasion du recensement mené par Quirinius pour établir le système fiscal de la province nouvellement annexée, appelle à se révolter contre l’occupant étranger. Le texte de Flavius Josèphe révèle que, parmi les « brigands » (λῃσταὶ) qui sévissent en Judée romaine entre 6 et la révolte de 66, il s’en trouve qui obéissent aux fils de Judas le Galiléen. Par exemple, à Menahem, qui joue un rôle notable dans le déclenchement de la révolte contre Rome2 en 66. On peut donc supposer la permanence du mouvement initié par Judas, dans une organisation presque dynastique et dissimulée – disons clandestine.

La cause de l’entrée en clandestinité des groupes qui suivent cette idéologie est, originellement, la contestation de la fiscalité romaine. Celle-ci, en effet, est érigée en concurrente de la fiscalité juive du temple de Jérusalem ; à ce titre, payer l’impôt aux Romains, ce serait tourner le dos à Yahvé3. Judas prêche ainsi une théocratie exclusive sur Israël, faisant de celui qui accepte l’impôt romain un ennemi de Dieu4. Les discours de clandestinité reprennent, logiquement, cette orientation théologique, et condamnent plus encore les Juifs soumis que les Romains eux-mêmes. Aussi n’est-il pas surprenant que les victimes de ces groupes, radicalisés après l’annexion de la Galilée et de la Pérée en 44, soient avant tout des membres de l’élite juive, notamment hiérosolomytaine. Il s’agit de purifier le peuple de son péché, pour accélérer l’avènement du messie5.

Il est remarquable que le mouvement dirigé par Menahem, fils de Judas le Galiléen, soit chassé violemment de Jérusalem aux premiers jours de la révolte. Ainsi, les combattants clandestins qui ont influencé tous les autres mouvements sont éloignés de la révolte qu’ils se sont efforcés de provoquer6. Ils restent à l’écart, même lorsque Jérusalem est assiégée, puis finalement détruite en 70, jusqu’au siège de leur place-forte de Massada. Le mouvement s’achève sur le suicide d’Éléazar et de ses partisans, peu avant la prise de la citadelle par les Romains, en 73.

1 E. La Boétie, Discours de la servitude volontaire, Paris, Mille et une nuits, 1995, p. 26.

2 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, II, 433-440.

3 M. Girardin, « À l’origine d’une dialectique nouvelle : l’offrande et le tribut dans la pensée de Judas le Galiléen », Res Antiquae, vol. 12, à paraître (novembre 2015).

4 M. Girardin, « L’impôt dû à Dieu : une conséquence de la théocratie », dans Chr.-G. Schwentzel, Les dieux et le pouvoir, actes du colloque de Metz des 16 et 17 octobre 2014, « La Théocratie dans l’Antiquité. Les dieux et le pouvoir », Presses Universitaires de Rennes, à paraître (mars 2016).

5 C. Mézange, Les Sicaires et les Zélotes. La révolte juive au tournant de notre ère, Paris, Librairie Paul Geuthner, 2003, p. 47.

6 Ibid., p. 97.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bonjour,
    Découvrant avec intérêt vos articles sur la fiscalité en Judée et voyant que vous préparez une thèse avec un chapitre consacré au recensement sous Quirinius, je me permets de souligner à votre attention que son rôle en Judée demande à être re-précisé à partir du vocabulaire ajusté de Luc selon le codex Bezæ Cantabrigiensis et de celui de Flavius Josèphe. Les deux auteurs sont bien complémentaires et non contradictoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *