Anarchistes et clandestinité en République au début des années 1890, Vivien Bouhey (CRHXIXe, Université de Paris 1 Panthéon – Sorbonne)

Pour sans doute au moins deux grandes raisons, il n’y a pas eu jusqu’à aujourd’hui de travaux d’historiens sur la clandestinité anarchiste en République à la fin du XIXe siècle. D’abord parce que les historiens se sont peu intéressés jusqu’à ces dernières années à l’organisation des anarchistes en France à cette époque, et ensuite parce que, dans la mémoire collective – et même savante – l’action des anarchistes se réduit alors le plus souvent aux attentats des Ravachol, Vaillant, Emile Henry, des actions qui seraient surtout caractérisées par leur dimension individuelle et spontanée, ce qui exclurait de la part des compagnons la préméditation ainsi que la nécessité de se dissimuler pour passer à l’action.

Pourtant, les anarchistes recourent au début des années 1890 à la clandestinité : parce qu’ils désirent sans compromis la destruction du monde bourgeois, ce à quoi leurs ennemis se refusent bien évidemment ; parce que, au fur et à mesure que le danger anarchiste se précise, la répression se durcit, les lois scélérates portant, pour celle de décembre 1893, un coup décisif à la propagande écrite et orale, et celles de 1894 équivalant à une interdiction du mouvement anarchiste sur le sol français ; parce que, alors que la répression se durcit, de nombreux anarchistes finissent par considérer la propagande par le fait envisagée sous un angle exclusivement terroriste comme le seul moyen de parvenir à leurs fins ; enfin, parce que la lutte ouverte face à un ennemi en position de force sera compliquée. Ce militantisme dans la clandestinité se traduit par l’existence de différentes structures (dont des réseaux difficiles à infiltrer ou des groupes « fermés » toujours plus nombreux) ainsi que par le recours de certains compagnons à des pratiques garantissant la clandestinité (déguisements, noms d’emprunt, faux papiers..).

Toutefois, un certain nombre de raisons freinent dans le même temps l’entrée des anarchistes dans la clandestinité. Première raison : le mouvement anarchiste avant 1894 n’a jamais été interdit. Ensuite, les leaders du mouvement, tant que cela est possible, ont besoin de mettre en place et de faire exister des structures visibles pour financer leurs actions, pour diffuser leurs idées et pour recruter, ce qui est le préalable à « la révolution par le bas » qu’ils veulent déclencher. Egalement, une partie des activités des anarchistes (dans certaines limites toujours plus étroites il est vrai au fur et à mesure que la législation se durcit) est légale (propagande écrite, propagande orale, création de coopératives…). Enfin, certains leaders du mouvement comme Jean Grave ou Pierre Kropotkine, lorsqu’ils réfléchissent à ce que doit être l’acte illégal et violent, poussent leurs futurs auteurs à ne pas se dissimuler, mais, face à la bourgeoisie, à revendiquer leurs actes fièrement, ce refus de la dissimulation étant pour eux constitutif de l’identité du révolté. Toutes ces raisons expliquent qu’une partie des structures du mouvement et qu’une partie des actions engagées par les compagnons soient visibles à cette époque, et qu’ils tiennent à ce qu’elles le restent le plus longtemps possible, ce que le durcissement de la répression rendra impossible, surtout à partir des années 1893-1894.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *