« Non mollare » : l’incitation à la désobéissance, une « persuasion clandestine » ? Thibault Guichard (Paris 8)

L’entrée dans la clandestinité implique constamment, en toile de fond, la perception d’une contrainte, d’une oppression inacceptable. La mise en péril de son existence suppose aussi chez l’acteur, qui agit en conscience, une grande force d’auto-conviction. Les « intellectuels » italiens qui ont choisi cette voie pour s’opposer activement au régime fasciste de Mussolini – lorsque celui-ci affirmait clairement sa volonté de réprimer toute forme de contestation politique – ont pour la plupart justifié cet acte par la revendication d’une liberté d’agir et de penser ; la possibilité de pouvoir continuer à vivre, comme tout autre citoyen résidant dans un « pays civil ».

Contraints de se soustraire à la surveillance des autorités et des moyens mis en œuvre par le régime pour dissuader la manifestation ou l’expression d’une volonté de résistance, ces « clandestins » devaient parallèlement intervenir au sein de l’espace public pour maintenir le lien avec l’opinion et les masses. Le dévoilement de cette activité clandestine, opérant parallèlement à sa nécessaire dissimulation, se manifesta sous des registres différents de ceux qu’avaient jusque là privilégiés les formations politiques « retirées » sur l’Aventin, en signe de protestation à la violence du fascisme. Journaux et manifestes demeurent des instruments de lutte et les principales « armes politiques » à la disposition des groupes clandestins pour maintenir éveillée la conscience de l’opinion et dénoncer les abus du pouvoir. Cependant, leur usage s’étend à d’autres impératifs, de type organisationnel : il s’agit, à travers leur diffusion, de mettre à l’épreuve l’organisation clandestine et ses membres, de rendre possible des actions coordonnées et d’inciter à passer à l’action. Dans un contexte marqué à la fois par la coercition et la manipulation de l’opinion, l’engagement des figures de proue de l’antifascisme, leur besoin d’agir, démontre également un souci constant d’empêcher une adaptation du public à la norme, en publicisant, par exemple, des actes de désobéissance.

Dans la continuité des pistes méthodologiques indiquées par Olivier Wieviorka dans un article consacré à la question1, cette communication se propose d’étudier un groupe clandestin de l’antifascisme naissant, à la moitié des années vingt, à travers la principale et quasi-unique forme d’expression de son opposition au régime : la publication et la diffusion illégales d’un titre de presse. Dans cette communication, nous examinons ainsi les formes de médiation qui s’instaurent au sein des diverses « cellules » de ce groupe clandestin antifasciste et entre ces réseaux et l’ « opinion publique ». Le choix de la clandestinité permet à ces derniers de construire des appareils de mobilisation dont la presse constitue un modèle du genre, permettant de tisser des connexions entre les divers éléments mais aussi de former des cadres d’apprentissage, médiateurs d’informations et de croyances nécessaires à la préparation d’une action subversive. Ce faisant, le choix de l’entrée en clandestinité implique une sorte de coupure avec le reste de la société et de l’opinion. Il devient d’autant plus difficile de « toucher » les masses et de maintenir une opposition assez solide et diffuse face au régime. Inversement, le « dire » clandestin n’a de valeur pour ces groupes que si il est également un « faire », contribuant à rendre irréversible des trajectoires politiques, des choix d’action ; en peu de mots, une opposition intransigeante qui devait rendre impossible toute compromission avec le gouvernement fasciste. Cette primauté du « faire » sur le « dire », et nous abordons ici un dernier aspect des questions suscitées par le cas du « Non mollare », invite à nous interroger sur les traductions possibles du besoin d’agir et de la revendication d’une forme concrète d’opposition : le souci de maintenir éveillée la « conscience » de l’opinion se traduit-elle, et d’une manière paradoxale, par la légitimation d’une action « inconsciente », faisant fi du danger qu’implique l’entrée en clandestinité ? Celle-ci est-elle uniquement un acte de la conscience, de la raison, un fait de la volonté ?

1WIEVIORKA Olivier, « La presse clandestine » in Mélanges de l’Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, Année 1996, Volum 108, Numéro 1, pp. 125-36.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *