Sortir de l’ombre : pour une approche processuelle et contextuelle des trajectoires de clandestinité. Le cas de l’extrême-gauche turque face aux coups d’État militaires (1971 – 1983), Paul Cormier (IEP de Bordeaux et Université de Lausanne)

Des débuts de la République de Turquie en 1923 jusqu’en 1991, la profession d’idées communistes est interdite par la loi. La clandestinité devint dès lors la norme pour les militants de cette frange politique quelle que soit leur orientation (trotskyste, maoïste etc.). Cependant, au cours des années 1960 et 1970, période de profondes crises économique, politique et sociale dans le pays, on observe une forte polarisation politique de la société et un prolifique développement d’organisations politiques, syndicales, étudiantes et professionnelles de gauche comme de droite dont certaines sont illégales (Le syndicat et les partis politiques d’influence socialiste prennent soin de ne pas s’afficher comme tels). Les affrontements croissants entre camps opposés feront plus de 5000 morts entre 1969 et 1983. Cette instabilité politique a entraîné deux coups d’Etat militaires successifs (1971, 1980) qui ont chaque fois conduit à la fermeture des organisations politiques, à une suspension temporaire des autorités civiles et à une forte répression, principalement à l’encontre de la gauche.


Les groupes illégaux de la fin des années 1960 et du milieu des années 1970 ne sont pas nécessairement ou entièrement clandestins compte tenu du contexte troublé qui leur donne une certaine visibilité, notamment sur les campus universitaires. Certains militants sont dans une clandestinité partielle comme certaines organisations plus ou moins explicitement visibles (TKP – Parti communiste de Turquie). Seuls certains acteurs sont totalement clandestins (les membres des commandos armés). La clandestinité n’est alors qu’une modalité parmi d’autres de l’action révolutionnaire. Par contre, dans les contextes plus durement répressifs (notamment avant 1960 puis entre 1971 et 1973 puis entre 1980 et 1983), les organisations de gauche et leurs militants (re)passent de fait dans la clandestinité totale, armée ou non, pour résister ou tout simplement échapper à la répression militaire.
Ce sont ces trajectoires clandestines que nous souhaiterions questionner en veillant à articuler les parcours individuels aux contextes et espaces (sociaux et physiques) successivement traversés. Quels sont les militants qui passent à la clandestinité et comment s’y prennent-ils ? Sur quelles ressources et quels réseaux (organisationnels et/ou personnels) s’appuient-ils pour « survivre » en clandestinité ? Cela implique de se questionner les savoir- faire militants tant en termes de dissimulation (comment et où se cache-t-on ?) qu’en termes d’action : comment résister ? Avec les armes (comme Devrimci Sol (Gauche révolutionnaire) ou non (les trotskystes) ? Il faut également questionner les contextes dans lesquels se déroule la clandestinité. Quelles sont les effets différenciés d’une clandestinité en milieu urbain (Devrimci Sol) ou en contexte rural (TIKKO (Armée ouvrière et paysanne de libération de la Turquie)) ? Enfin, il faut s’intéresser aux conséquences de celle-ci tant sur les organisations (disparition, scission, transformation…) que sur les individus qui les composent (trajectoire dans la clandestinité (décès, exil etc.) et après celle-ci (désengagement, reconversion etc.) en étant particulièrement attentif aux temporalités qui s’y jouent. C’est donc à sortir de l’ombre ces parcours et à restituer leurs logiques que cette communication s’est attachée


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *