Histoire de la clandestinité, bilan et perspectives de la journée d’études du 12 octobre 2015

La journée d’études doctorales qui s’est déroulée à l’Université Paris 8 le 12 octobre 2015, intitulée « Histoire de la clandestinité : concept, pratiques et usages politiques » a permis de poser les bases d’une réflexion sur l’action clandestine, objet d’études transversales mais dont il n’a pas encore été tiré de synthèse.

Or il apparaît qu’une discussion transpériodique et transdisciplinaire autour de la notion de clandestinité permet de faire émerger de fertiles interrogations. Des pratiques clandestines ont en effet existé à travers les siècles, justifiées par des arguments différents, et entraînant des pratiques de lutte ou de résistance illégales, frappées du sceau du secret, mais pas nécessairement violentes.

Certaines problématiques ont émergé, et constituent des pistes de travail pour des chantiers futurs :

-Interrogation sur les sources. La contrainte de la clandestinité induit presque obligatoirement un effet de source : les documents disponibles sont le plus souvent soit des documents produits par l’adversaire ou le système policier, soit des documents postérieurs à la période de clandestinité elle-même (témoignage, mémoire, évocation historique à but politique ou non…). Quand des sources primaires produites dans la clandestinité sont disponibles, il convient malgré tout de s’interroger sur leur historique de conservation (qui les a conservées et pourquoi ?) et sur les conditions de leur production (l’écriture clandestine est une prise de risque).

-Une approche anthropo-historique des pratiques clandestines. La pratique clandestine nécessite une adaptation des pratiques politiques. Elle pose d’abord le problème de la dissimulation et des lieux qui la rendent possible. Cette question semble centrale en tant qu’elle influence aussi les représentations (la cave, les souterrains apparaissent comme des lieux porteurs d’un sens symbolique). La dissimulation conduit aussi à mettre en oeuvre des pratiques qui permettent d’échapper à la répression : pseudonymes, faux papiers, changement fréquent d’adresses, cloisonnement en petites unités ne communicant que par un canal entre elles, souvent de manière hiérarchique. Ces pratiques ont une conséquence sur le fonctionnement de l’organisation, favorisant souvent un fonctionnement vertical et autoritaire. Elles conduisent aussi à masquer une grande partie de la réalité de l’organisation aux militants eux-mêmes, ce qui a nécessairement un impact sur leur façon de se comporter au sein de celle-ci.

Il s’agit aussi de s’interroger sur le répertoire d’actions des groupes clandestins. Le lien avec la violence ne semble pas automatique, comme l’ont montré plusieurs communications. En revanche, l’écrasante majorité des actions clandestines mettent en place une stratégie médiatique de façon à inter-agir avec la société malgré l’isolement imposé par la clandestinité. Le problème se pose alors de savoir comment intervenir : comment se faire connaître, diffuser ses idées, faire peur? Cette communication passe par des canaux divers – tracts, affiches, assassinats politiques, attentats – qu’il s’agira d’étudier.

-Une étude des imaginaires et représentations propres aux groupes clandestins. Les groupes clandestins légitiment souvent leur action par la référence à l’histoire : carbonari pour les antifascistes, résistants pour les militants de la lutte armée des années 70, mais les références sont nombreuses, des indépendantistes d’Amérique latine aux révolutionnaires communistes du 20e siècle. Cela prend place au sein d’un imaginaire se rapportant à la guerre, où l’action secrète est valorisée. Devant justifier la légitimité de l’action clandestine, le groupe produit des documents idéologiques à usage interne – différents de ceux diffusés à l’extérieur, qui relèvent de la stratégie médiatique. Le discours interne s’articule autour de certains éléments discursifs que l’on retrouve dans des situations par ailleurs très différentes : défense de la justice et justification de l’action clandestine s’apparentant à celle de la guerre “juste”, insistance sur l’efficacité et sur la croissance de l’organisation, imaginaire de la radicalité. Souvent, il existe un écart entre ces représentations diffusées à l’intérieur du groupe et la réalité des faits – comme l’ont notamment montré les interventions sur le parti communiste turc et sur le PCMLF. Cette question mérite encore d’être approfondie, notamment autour des questions de réglementations internes aux organisations, des “codes d’honneur”, des professions de foi, qui permettent de codifier l’appartenance à un groupe et de créer une identité collective ainsi qu’une culture d’appartenance. L’étude de la construction des représentations internes au groupe doit permettre de mettre en évidence la circulation d’un discours à l’intérieur même du groupe clandestin, ce qui suppose une différenciation entre des membres producteurs de sens et les autres, à qui s’adresse ce discours.

Il est toutefois ressorti des différentes interventions que la valorisation de la clandestinité, de la lutte souterraine n’est pas caractéristique de toutes les périodes. Avant la fin du 19e siècle, la plupart des organisations considérées se défendent vigoureusement d’être des organisations clandestines, ce qui laisse penser que l’imaginaire associé à ces groupes est très largement négatif.

La plupart des interventions ont montré l’existence de figures stéréotypiques qui forment l’imaginaire des groupes clandestins : ceux-ci valorisent les bons éléments, à la fois discrets et efficaces, qui peuvent devenir, s’ils sont capturés, des martyrs de la cause. Mais existe aussi son mauvais double, le traître, voire « la taupe ». Un des intérêts de la table ronde finale fut de montrer que ces figures structurent les imaginaires de la plupart des groupes étudiés.

-Une analyse des rapports entre organisation et société. En tant que phénomène social, la clandestinité n’est pas coupée de la société et doit ainsi être comprise dans son rapport dialectique à celle-ci. Il apparaît que le type de société et de régime politique qui la caractérise – démocratie, régime autoritaire – détermine un certain nombre de caractéristiques de l’action clandestine. En ce sens, l’étude des organisations clandestines qui se donnent comme objectif une lutte sans merci contre le pouvoir en place permet de préciser rétrospectivement la nature de ce pouvoir politique, sa tolérance ou sa capacité à réprimer les contestations.

En outre, la frontière entre organisation clandestine et société englobante n’est pas une barrière imperméable et plusieurs degrés de clandestinité peuvent coexister. Des organisations ont même parfois pu faire cohabiter structures légales et structures clandestines au même moment. La volonté de disparaître totalement pour échapper au contrôle de l’État ne peut pas exister sans des appuis extérieurs à l’organisation, même ponctuellement. Il pourra être intéressant de préciser les rapports entre organisation clandestine et marges, zones grises, qui permettent de penser la clandestinité en terme de gradient.

-Une étude des trajectoires militantes. Se pencher sur les trajectoires individuelles permettrait de mieux définir les conditions d’entrée et de recrutement dans le groupe, ainsi que les conditions du militantisme dans une organisation fermée et qui a tendance à être exclusive et hiérarchisée. Cette étude ne peut s’abstraire des réflexions précédentes sur les zones grises, car l’entrée en clandestinité se fait souvent progressivement et le rôle de ces espaces intermédiaires est fondamental.

La question de la sortie de la clandestinité est, elle aussi, centrale, qu’elle se solde par un échec – mort, prison, exil –  par une victoire ou un statu quo (amnistie, accords de paix). Elle interroge à la fois la possibilité concrète de mettre fin à une action clandestine mais aussi les modalités d’un retour à une société pacifiée, par le pardon, la vengeance, ou la justice. Dans cette optique, la mémoire des épisodes clandestins mérite aussi d’être étudiée, selon qu’elle tende à devenir une mémoire partagée ou, au contraire, fragmentée, témoignant des difficultés à résoudre les divisions politiques d’une société.

-Les représentations des actions clandestines. Il s’agit cette fois de l’imaginaire que véhicule la clandestinité. La description des mouvements clandestins (dans le discours médiatique, politique) renvoie le plus souvent à l’image d’une menace intérieure, dans une logique de radicalisation de la figure de l’ennemi. À ce titre, il faut remarquer que le terme de « clandestin » n’est jamais ni revendiqué, ni appliqué comme catégorie d’analyse par les contemporains. Ceux-ci parlent de « brigands », « malyntentionnés », de  » cinquième colonne » ou « terroristes », le plus souvent représentés comme des agents de l’étranger, des ennemis de l’intérieur. Les organisations clandestines sont perçues comme une menace particulière, elles suscitent la peur, en particulier la peur de la guerre civile. Peur renforcée par l’inconnu. Par définition difficile à cerner, le mouvement clandestin est à l’origine de phantasmes dans la société et au cœur du pouvoir politique. Cette dimension de l’étude des mouvements clandestins permet d’aborder des aspects novateurs, tels que l’étude des réseaux transnationaux.

– Quelles limites à la clandestinité politique? Se pose enfin la question de la pertinence de la définition de clandestinité politique telle que nous l’avions définie. En choisissant d’étudier essentiellement des mouvement structurés, nous avons laissé de côté des aspects de la clandestinité politique qu’il s’agira pourtant d’interroger. Certains actes de portée individuelle, pratiqués de manière clandestine, ont pourtant une portée politique plus générale ; que l’on songe par exemple aux avortements clandestins qui s’appuient certes sur un réseau plus ou moins structuré, mais dont les principales protagonistes, les femmes qui avortent, ne sont pas à proprement parler des clandestins. Ces actes sont le fruit de choix privés et personnels – mais ils ont peu aussi être revendiqués publiquement dans le cadre d’une lutte politique. Le champ de la clandestinité politique semble donc dépasser celui défini par les organisations clandestines : ce sera l’objet des prochaines rencontres scientifiques que de déterminer dans quelle mesure.

Enfin, en nous focalisant sur le « phénomène clandestin », nous tentons de comparer, au prisme de l’illégalité prolongée et politiquement revendiquée, des formes de lutte qui peuvent être éloignées dans le temps et dans l’espace. Loin d’une volonté d’essentialiser le « fait clandestin » et de chercher à construire un paradigme explicatif rigide, notre démarche comparatiste et transversale cherche plutôt à élaborer des réflexions communes à partir d’objets et d’approches parfois fort éloignés. Même si le terme de « clandestinité » n’apparaît pas de prime abord comme un concept d’emblée opératoire et nécessite des ajustements (voir ci-dessus), il désigne un ensemble de pratiques et de représentations qui peuvent ouvrir la voie au renouvellement d’approches formulées en termes de « complot » ou de « terrorismes » par exemple.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 09/01/2017

    […] sont pensées comme l’aboutissement d’événements précédemment organisés à Paris 8 et à l’université de Bologne autour de la clandestinité et à Paris 1 sur la question du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *