Appel à communications : « La Part de l’ombre. Action clandestine et imaginaire du complot, XXe-XXIe siècles. » 18-19 mai 2017, Paris 1 Panthéon-Sorbonne

La part de l’ombre. Action clandestine et imaginaire du complot, XXe-XXIe siècles.

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
Paris, jeudi 18 et vendredi 19 mai 2017 – Panthéon-Sorbonne Amphi 1

Date limite d’envoi des propositions : 26 février 2017

Ces journées visent à développer un échange transdisciplinaire autour des pratiques et représentation des organisations clandestines aux XXe et XXIe siècles : quels sont les éléments comparables et les éléments qui distinguent les différentes formes de lutte clandestine qui ont émergé et gagné en importance depuis les attentats anarchistes de la fin du XIXe siècle jusqu’aujourd’hui ? Quelles conséquences ont les pratiques de dissimulation et du secret sur les formes de la lutte elles-mêmes ? Quels imaginaires péjoratifs (notions de complot ou de terrorisme) ou au contraire héroïques (apologie ou mémoire des luttes de résistance) caractérisent les actions clandestines ? Quelles sources et quelles méthodes permettent de cerner les contours de ces problématiques, au-delà de la diversité géographique et historique très grande qui caractérise les nombreuses situations concernées ?

Ces journées d’études bénéficient du soutien du Campus Condorcet, du Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP, Paris 1) et de l’École doctorale « Pratiques et théories du sens » (Paris 8). Elles auront lieu à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne (amphi 1), les 18 et 19 mai 2017. Nous attendons des contributions (en français ou en anglais) consacrées aussi bien à la France qu’à d’autres pays, sur la période large des XXe et XXIe siècle. Une publication est envisagée.
Nous invitons les doctorants et jeunes chercheurs à envoyer aux quatre organisateurs leur proposition de communication d’environ 4 000 signes, avant le 26 février 2017 inclus, ainsi qu’un bref CV.


Argumentaire

À l’initiative de quatre doctorants et jeune docteur de Paris 8 et Paris 1, cet appel à communications souhaite initier une réflexion transdisciplinaire sur les pratiques et représentations des organisations secrètes et des complots aux XXe et XXIe siècle, qui ont suscitées des monographies historiques1, ont été abordées sous l’angle des violences politiques ou de l’action collective2, mais ont rarement fait l’objet d’une réflexion transversale, prenant en compte spécifiquement le phénomène clandestin et ses implications dans l’espace public et politique. Ces deux journées doctorales sont pensées comme l’aboutissement d’événements précédemment organisés à Paris 8 et à l’université de Bologne autour de la clandestinité et à Paris 1 sur la question du complot.

Le premier enjeu apparaît être celui de préciser les contours de la lutte politique clandestine et de la pratique du complot : nous pouvons caractériser notre objet d’études comme l’action conduite par des groupes qui agissent dans un statut d’illégalité prolongée. Nous excluons donc l’acte isolé accompli dans l’illégalité, même à des fins politiques. Le rôle de l’organisation se trouve au cœur du questionnement : en situation de clandestinité, elle seule permet de poursuivre des objectifs politiques dans la durée. Une réflexion sur la validité du concept de clandestinité apparaît toutefois nécessaire, puisque d’une part, la clandestinité n’est jamais absolue et, d’autre part, l’appréhension du caractère politique d’une action clandestine est parfois malaisée, souvent affaire de point de vue : un migrant, par exemple, qui traverse les frontières de manière illégale n’est pas nécessairement motivé par une volonté de contestation politique, mais il se trouve de fait en état de clandestinité, transgressant les lois de l’État.

Une attention particulière sera en outre portée aux enjeux de méthode : la contrainte de la clandestinité induit presque obligatoirement un effet de source3. Les documents disponibles sont le plus souvent soit des documents produits par le système policier, soit des documents postérieurs à la période de clandestinité elle-même (témoignage, mémoire, évocation historique à but politique ou non, etc.), qui surévaluent souvent le caractère monolithique et organisé des mouvements clandestins. Des pratiques telles que l’analyse de réseaux peuvent dans ce cas aider à mieux appréhender la réalité mouvante de telles organisations. Les sources secondaires, orales, les témoignages a posteriori, posent également le problème de la lecture rétrospective, plus encore lorsqu’ils visent à justifier des types d’action ou de discours stigmatisés. Quand des sources primaires produites dans la clandestinité sont disponibles, il convient enfin de s’interroger sur leur historique de conservation (qui les a conservées et pourquoi ?), sur les conditions de leur production, puisque l’écriture clandestine est une prise de risque4.

Nous encourageons les communications à explorer ces ambivalences et ces enjeux de méthode, en particulier autour des quatre axes suivants, qui peuvent être complémentaires :

Anthropologie historique des pratiques et des acteurs du secret

Les aspects les plus concrets de la clandestinité doivent être interrogés en premier lieu, en particulier les pratiques de dissimulation et d’évitement de la répression. Ces actions destinées à se maintenir dans l’ombre peuvent parfois constituer l’essentiel de la clandestinité. À l’opposé, un autre objectif justifie la clandestinité : le développement d’une stratégie médiatique avec des actions à caractère public et/ou politique et/ou violent (on se gardera toutefois d’associer a priori la clandestinité à un type bien délimité d’action).  Un des enjeux est aussi d’analyser la structure des organisations clandestines, leur fonctionnement vertical et horizontal, leurs cloisonnements, le contrôle social qu’elle exercent sur leurs membres et notamment le rapport entre la vision du monde qu’elles produisent et les pratiques militantes. Ces pratiques peuvent avoir  une conséquence sur le fonctionnement de l’organisation, favorisant souvent un fonctionnement vertical et autoritaire. Elles conduisent aussi à masquer une grande partie de la réalité de l’organisation aux militants eux-mêmes, ce qui a nécessairement un impact sur leur façon de se comporter au sein de celle-ci. Il conviendra, en regard, de s’interroger sur certaines formes plus décentralisées d’organisation clandestines, où le sentiment hiérarchique est souvent avant tout un sentiment d’appartenance, dans la symbolique de l’allégeance5. Une autre direction est l’étude des trajectoires et des profils individuels : les conditions d’entrée et de recrutement dans la clandestinité, le processus par lequel on se tourne pas à pas vers la clandestinité, mais aussi ses déterminants sociaux (âge, formation, genre, milieu social)6.

États et sociétés face à la clandestinité

C’est aussi bien sûr dans l’interaction avec l’État que se comprend la clandestinité. D’une part, il s’agit d’étudier la réponse et les propres pratiques secrètes du pouvoir qui passent par des dispositifs de répression spécifiques (infiltration, action sur les médias), mais aussi par des organisations (administrations secrètes/du secret que sont les “services” et les structures parallèles7), sans oublier le large usage politique qui est fait des menaces réelles ou délibérément inventées ou exagérées.
D’autre part, on s’intéressera à l’inscription de la clandestinité dans la société, au delà du strict cadre du groupe clandestin : les liens (concurrence, mimétisme, coopération, complémentarité) avec d’autres groupes politiques clandestins mais aussi publics (à l’image des “façades” publiques que peuvent entretenir certains groupes), ou encore les appuis extérieurs à l’organisation, réseaux de soutien, échanges avec d’autres entreprises clandestines (économie grise, contrebande, mafias). En étudiant les marges de la clandestinité, ses zones grises, on se donne les moyens de la repenser en terme de gradient et pas seulement en terme de frontière.

The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs: Photography Collection, The New York Public Library.

Silhouettes of the most prominent and noted propagandists now interned at the U.S. prison camp No. 2, Fort Oglethorp, Ga., painted on the walls of the mess hall of this camp by one of the inmates. (…) New York Public Library Digital Collections.

(Se) représenter le caché

Les variations historiques de l’imaginaire que véhicule “l’action collective secrète” seront aussi interrogées. Perçus comme une menace par le pouvoir politique, ces modes d’actions suscitent la peur, d’abondants phantasmes et représentations depuis la littérature du XIXe siècle, en passant par les livres d’espionnage et les représentations médiatiques8, jusqu’au récent “complotisme” sur internet. De manière particulièrement intéressante, à l’inquiétude historique du pouvoir face à un certain type d’acteur,  le “comploteur”, semble se substituer aujourd’hui la peur (et la lutte) contre ceux qui croient trop à ces représentations, les “complotistes”9.
En miroir, l’enjeu est aussi d’aborder les représentations endossées par les mouvements clandestins et leurs membres eux-mêmes. À rebours de représentations seulement négatives, il s’agit de travailler sur les formes de valorisation de l’action secrète, et son usage comme ciment d’une identité collective et d’une culture d’appartenance, à la fois dans le cours même de l’action, mais aussi a posteriori. On creusera aussi dans ce cadre la communication de ces mouvements, leur gestion des moments de publicité, recherchée ou non.

Sortie de la clandestinité

Qu’elle se solde par un échec (mort, prison, exil), par une victoire ou un statu quo (amnistie, accords de paix), la sortie de la clandestinité interroge à la fois la possibilité concrète de mettre fin à une action clandestine, la question de la sortie et de la réinsertion de ses membres dans la société, mais aussi plus largement les modalités d’un retour à une société pacifiée. Dans cette optique, la mémoire partagée ou, au contraire, fragmentée de la clandestinité peut témoigner des difficultés à résoudre les divisions politiques d’une société.

Comité organisateur

Virgile Cirefice, doctorant en histoire contemporaine à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis et à l’Université de Bologne. (virgile[point]cirefice[arobase]gmail[point]com)
Pierre France, doctorant en science politique à l’Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne (pierre[point]france[arobase]zoho[point]com)
Grégoire Le Quang, doctorant en histoire contemporaine à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis et à l’Université de Macerata (glequang[arobase]gmail[point]com)
Charles Riondet, docteur en histoire contemporaine, Inria/Alpage (charles[point]riondet[arobase]gmail[point]com)

Comité scientifique

Jean-Louis Briquet, directeur de recherches au CNRS, science politique.
Laurent Douzou, professeur d’histoire contemporaine à l’Institut d’Études politiques de Lyon.
Olivier Grojean, maître de conférence en science politique à l’Université Paris 1.
Marie-Anne Matard-Bonucci, professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris 8.
Frédéric Monier, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Avignon.
Anastassia Tsoukala, maître de conférence HDR à l’Université Paris 11, droit, criminologie.

  1. En particulier la Résistance, voir notamment la collection « Esprit de la Résistance », dirigée par Henri Michel aux Presses Universitaires de France dès le milieu des années 1950. []
  2. Donatella della Porta, Clandestine political violence, Cambridge, Cambridge University Press, 2013 []
  3. Pour Frédéric Monier, « plus que le secret lui-même, c’est la place à accorder à la révélation qui soulève de graves difficultés », in « Le secret en politique, une histoire à écrire », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2000, vol. 58, no 1, p. 3‑8 []
  4. Charles Riondet, « Journaux intimes de clandestinité », Vingtième Siècle, revue d’Histoire, 2016, n0 132 []
  5. Voir Bruce Hoffman et Fernando Reinares (dir.), The Evolution of the Global Terrorist Threat: From 9/11 to Osama bin Laden’s Death, New York, Columbia University Press, 2014 []
  6. Voir par exemple Xavier Crettiez, « Penser la radicalisation. Une sociologie processuelle des variables de l’engagement violent », Revue française de science politique 2016, vol. 66, n° 5, p. 709-727 []
  7. Alain Dewerpe, Espion :  une anthropologie historique du secret d’État contemporain, Paris, Gallimard, 1994. []
  8. Voir à ce titre, dans une perspective d’histoire du genre, le récent ouvrage de Fanny Bugnon, Les amazones de la terreur :  sur la violence politique des femmes, de la Fraction armée rouge à Action directe, Paris, Payot, 2015 []
  9. Pierre France, « Pour une sociologie politique du complot(isme) », Working Paper CESSP, n°4, 2016 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *